fbpx

Confiné oui, mais avec des jeux de société

Cela fait maintenant plus d’un mois que nous sommes pour la plupart confinés chez nous. Ce confinement a complètement changé nos habitudes quotidiennes. Le jeu de société a permis à de nombreux foyers de se divertir mais c’est aussi tout le monde du jeu de société qui a dû s’adapter. Que ce soient les éditeurs de jeux de société en passant par les bars à jeux, tous ont dû innover dans leurs offres pour rester actifs. Comment ce confinement a-t-il impacté l’univers du jeu de société et qu’est-ce qui a été mis en place pour que nous puissions continuer à nous divertir ? 

Tout d’abord, une mise en contexte s’impose. Je m’appelle Clément, 23 ans, étudiant en marketing digital et originaire de Marseille. Je suis chargé de communication chez LudoTech, où nous développons actuellement Olem, une console de jeux de société qui permettra aux joueurs de découvrir de nouveaux mécanismes de jeux. Nous comptions vous rencontrer ce printemps pour que vous puissiez découvrir Olem mais le confinement est passé par là avantConscients que le monde entier était autant affecté que nous, nous avons décidé d’écrire sur ce sujet d’actualité.  

Ce confinement, je ne le passe pas seul, puisque je suis accompagné de 2 amis dans une colocation située dans le 13è arrondissement de Paris. Appartement parisien oblige, l’espace est réduit, la vie de groupe est donc essentielle pour que ce confinement se passe bien.

 Le jeu de société : Meilleur ami du confinement

Les jeux de société se sont vite imposés dans nos habitudes de confinement. Ils ont même supprimé nos soirées Netflix habituelles. Cependant, nous n’avions aucun jeu de société à disposition dans notre petite colocation. Pour y remédier, rien de plus simple : lors de nos sorties hebdomadaires pour aller faire les courses nous avons trouvé de quoi passer quelques bonnes soirées, un UNO 

D’où vient cette envie que nous avons eu de faire des parties de jeux de société alors que nous avons tous un ordinateur ? Il est pourtant tellement simple de trouver des milliers de jeux sur le net. Dès la première soirée, nous avons vite compris. La convivialité : nous n’avions plus les yeux rivés sur nos écrans, chacun de son côté. Pendant les parties, de longues discussions eurent lieu, des rires et même des accusations (infondées bien sûr) de tricherie.  

J’ai tout de même voulu voir si nous étions les seuls à avoir eu cette soif de jeux de société et de partager des moments entre nous. Comme je m’y attendais, la vente de jeux de société a augmenté de 83% par rapport à la même semaine il y a tout juste 1 an. 

J’ai commencé mes recherches pour trouver des jeux de société qui permettraient à mes colocataires et moi de ne jamais tourner en rond. J’ai alors découvert tout un univers qui s’est adapté autour du jeu de société. Les joueurs ne peuvent plus se rencontrer pour jouer ensemble ? Pas de problème, les technologies nous permettent de jouer à distance et de continuer à vivre des moments de partage. Comment ne pas parler de Board Game Arena, une plateforme de jeux de société en ligne qui réunit des milliers de joueurs partout dans le monde, avec un catalogue complet pour tenir plusieurs mois sans jamais être à court de jeux. Depuis le début du confinement, la plateforme a vu une hausse de 500 000 nouveaux joueurs inscrits. 

Dans notre appartement, nous avons commencé par jouer au UNO, jeu simple, trop simple. Pourquoi ne pas pimenter les règles ? Alors, nous est venu le concept du « UNO tricheur ». Les règles restent les mêmes mais il est possible de se débarrasser discrètement de certaines cartes, un peu comme au Mytho. Cependant, la discrétion est reine, sinon c’est +4 cartes à piocher. Ce jeu a été amusant un temps mais nous avions besoin d’autre chose pour ne pas nous lasser. 

J’ai ainsi pris connaissance du Print and Play. Il suffit d’avoir à disposition une imprimante et une paire de ciseau et que le jeu commence ! Tous les éditeurs ont joué le jeu et c’est un catalogue énorme de jeux de société qui est à disposition des joueurs. 

Le monde du jeu en ressortira plus humain et plus proche” 

Autre acteur essentiel du monde du jeu de société, les bar à jeux de société ont dus également se réinventer pour ne pas rester inactifs durant cette période. Il est difficile de dire pendant encore combien de temps leurs portes vont rester closes, mais en attendant, certaines activités perdurent. J’ai pu voir qu’ils étaient toujours très actifs sur les réseaux sociaux et nous avons décidé de rentrer en contact avec eux pour échanger sur la situation. Nous avons ainsi discuté avec Loïc, gérant avec sa femme Cécile de la Taverne du Gobelin Farci à Saint-Etienne, et avec Philippe, co-gérant avec Eric du K fée des jeux à Grenoble.   

Le K fée des jeux est un bar à jeux dont la terrasse surplombe la rivière de l’Isère. Un vrai lieu de partage et d’échange entre les joueurs. L’annonce du 14 mars a été vécue comme un choc : l’année 2020 devait être une année jalon pour le bar à jeux avec une ouverture des lieux 7 jours sur 7. Tout cela laisse place à l’incertitude, mais l’équipe du K fée n’a pas dit son dernier mot et a mis en place d’autres solutions pour maintenir leur activité en attendant de pouvoir rouvrir, comme le témoigne leur boutique en ligne ouverte cette semaine. L’équipe est composée de nombreux rôlistes et de là leur est venue l’idée d’une histoire participative, à la croisée de la série des Livres dont vous êtes le héros et du Cadavre Exquis. Il n’y a aucune trame ni scénario à long-terme prévus à l’origine. Les 7 volontaires de l’équipe, un par jour de la semaine, écrivent à tour de rôle une partie de l’histoire et offrent un choix aux lecteurs de la page Facebook du K fée. Les lecteurs ont alors jusqu’au lendemain pour voter sur la suite de l’histoire. L’écrivain du lendemain prend alors le relais et improvise la suite de l’histoire à partir du vote des lecteurs. Une tâche qui demande beaucoup de créativité et d’imagination, un terrain de jeu dans lequel Philippe et les membres de l’équipe brillent et ne manquent pas de glisser des clins d’œil à l’univers bien défini de ce bar à jeu grenoblois : impossible de ne pas sourire donc lorsque le personnage principal croise un panneau indiquant « Chez K », la fée éponyme des lieux.  

60632426_2321270741463381_269146586620100608_o-1
Le K fée des jeux - Grenoble

La Taverne du Gobelin Farci est à la fois un bar à jeux de société mais aussi un magasin. Loïc a mis en place son propre système de livraison. Ne souhaitant pas surcharger les services classiques de livraison, il a décidé de s’occuper lui-même de livrer ses clients deux fois par semaine, en respectant soigneusement les gestes barrières. Loïc nous a confié que “les clients font l’effort toute l’année de venir à nous. Et bien à notre tour de venir à eux.” La communauté a répondu présente : “Cela leur permet d’avoir de nouvelles distractions pendant le confinement et ils sont heureux de pouvoir aider la boutique pendant cette crise”. Il est toutefois compliqué pour un bar à jeux de société de s’adapter à ce confinement. Au-delà de la poursuite d’activité, c’est surtout le contact social qui manque à Loïc et sa femme : “De manière générale, le confinement est compliqué pour une boutique comme la nôtre. Nous sommes un lieu de vie, un lieu social, pas seulement un lieu de vente. Et là d’un coup on nous enlève la plus grosse partie de notre travail. Le contact avec les gens.”   

PhotoTaverne
La Taverne du Gobelin Farci - Saint-Étienne

Durant nos échanges, nous n’avons pas abordé les difficultés financières que ce confinement occasionne et des répercussions que cela aura sur les bars à jeux. Le jeu de société, c’est tout d’abord une question de partage et d’échange. Loïc a très bien résumé cela lors de la fin de notre échange : “La communauté ludiste est à mon avis bien plus adaptée au confinement que les autres. Ils jouent et ça c’est génial. Sur la livraison, on voit une vente des jeux à deux joueurs très nettement supérieure à la normale. La communauté s’adapte, ils jouent en couple, en famille, et même avec des potes sur les réseaux. Je ne pense pas que ce soit un vrai calvaire pour la communauté. Pour le monde du travail ludique, je trouve qu’il arrive à bien s’adapter : les boutiques trouvent des moyens pour fournir, les éditeurs et auteurs font plus de post sur les réseaux sociaux… En fin de comptecela rapproche tous ces acteurs ludiques ! Si on fait abstraction des problèmes économiques, je pense que le monde du jeu en ressortira plus humain et plus proche. 

Comme Loïc le dit si bien, le monde du jeu sait évoluer avec son temps et on ressent ce sentiment de fraternité et d’appartenance à une même communauté. L’équipe de LudoTech est tout aussi passionnée, et dès que la situation le permettra, nous serons présents dans plusieurs bars à jeu pour que vous puissiez découvrir notre concept Olem

Retrouvez l’actualité du K fée des jeux et de La Taverne du Gobelin Farci.

Article rédigé par Clément R. le 27/04/2020

Contact

contact@ludo.tech

191 avenue Aristide Briand
94230 Cachan