fbpx

Inventer des jeux de société, tout un métier

Le marché du jeu est en pleine expansion avec chaque année plus d’un millier de nouveaux jeux mis sur le marché et avec autant de nouveaux mécanismes de jeu, faisant intervenir hasard ou stratégie. Derrière chacun de ces jeux se trouve un auteur de jeu, celui qui en définit le but, crée l’univers, invente les règles et les mécanismes de jeux associés. Ne vous êtes-vous jamais demandé qui était à l’origine de votre jeu de société favori  ? Avec cet article, gommez vos idées reçues sur ce métier et apprenez quelques anecdotes sur les plus célèbres créateurs de jeux.  

Bien souvent dans l’ombre, nous connaissons tous leurs créations mais leurs noms nous sont inconnus. Si je vous dis Scott Abbott et Chris HaneyRobert Angel, ou encore Anthony Pratt, je suis certaine que vous ignoriez qu’ils étaient les inventeurs respectifs du Trivial Pursuit, du Pictionary et du Cluedo (qui sont d’ailleurs mes 3 jeux de société classiques favoris, chose que vous ignoriez également). 

PhotoArticleJulie1
Si tout le monde connait le Pictionary, peu savent qu’il a été inventé par Robert Angel

Créer un jeu de société, davantage une passion qu’un métier 

Être auteur de jeu, ce n’est pas seulement avoir une bonne idée, il faut également rendre le jeu équilibré, c’est-à-dire le rendre cohérent et jouable. Dans le secteur du jeu vidéo, l’équivalent de l’auteur de jeu est le game designer. Ce terme désigne celui qui conçoit le gameplay du jeu et ses mécanismes. Aujourd’hui il n’existe toujours pas de formation pour devenir auteur de jeu de sociétéalors que l’on dénombre quelques formations spécialisées en game design. La frontière entre les deux métiers est pourtant mince, et des cours sur les jeux de société sont même enseignés dans les formations de game design

Rares sont les auteurs de jeux à pouvoir vivre pleinement de cette activité, ce sont souvent des joueurs passionnés qui créent sur leur temps libre en parallèle d’une autre activité professionnelle. En France, à peine vingt auteurs exercent ce métier de manière exclusive et à temps plein. Mais avoir un autre métier peut être vu comme un avantage car il peut inspirer à l’auteur un nouvel univers ou un nouveau mécanisme de jeu. L’inventeur du Mastermind était expert en télécommunications, celui du Cochon qui rit était épicier, et celui du Cluedo pianiste. Aucun lien me direz-vous ? Eh bien si, ils se sont tous inspirés de leur quotidien pour créer leur jeu. Edmond Dujardin était éditeur de fournitures pour auto-écoles et en 1954 il a créé ... le Mille Bornes ! Épicier de métier, Joseph Michel a créé le Cochon qui rit dans un bistrot pour remplacer un jeu traditionnel aux dés qui permettait de définir qui allait payer sa tournée. Enfin, Anthony Pratt était pianiste et jouait de son instrument notamment lors de « murder parties » dans des manoirs anglais, où il assurait l’ambiance musicale de ces jeux de rôles grandeur nature. Il a ensuite eu l’idée d’adapter ces jeux en version de plateau. La vie des auteurs de jeu est aujourd’hui encore leur source d’inspiration première: Roberto Fraga s’est inspiré de ses années passées dans la marine pour créer en 2016 Captain Sonar, un jeu de coordination et de communication où deux équipes s’affrontent à bord de leurs sous-marins.

MillesBornes
Le Mille Borne, jeu créé par un éditeur de matériel pour auto-écoles

Auteur de jeux, qui es-tu ?

Quelles sont les qualités à avoir pour être auteur de jeu? La créativité, forcément, puisqu’il faut être apte à imaginer des univers et inventer de nouvelles règles. Il est aussi important de savoir travailler en équipe, car auteurs comme game designers ne travaillent jamais seuls. Ils sont amenés à travailler en collaboration avec l’illustrateur du jeu, le développeur, l’éditeur, ou encore le graphiste. Lorsqu’un auteur met au point un prototype de nouveau jeu, il lui faut faire preuve d’inventivité pour bricoler sa maquette, ses pions ou ses cartes, mais également de persévérance car mettre un jeu au point peut mettre des années, et demande de nombreuses parties de test. Enfin, l’auteur doit avoir une bonne culture des jeux en généralet en avoir testé un grand nombre afin de comprendre les différents mécanismes de ceux-ci, et cibler ce qui séduit chaque public. 

De la création à la commercialisation, un chemin tortueux  

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, créer un jeu n’est pas la tâche la plus ardue. Une fois le jeu créé, il faut le faire éditer pour qu’il se retrouve en fin de chaîne dans les mains des joueurs. En effet, c’est l’éditeur qui achète le jeu à son créateur, pour ensuite le développer, puis coordonner les différents acteurs de la chaîne, de l’illustrateur au fabricantIl existe plusieurs centaines d’éditeurs, parmi lesquels figurent les très connus Asmodee, Hasbroou encore Gigamic. Face à cette flopée d’éditeurs, il serait naturel de croire que se faire éditer sa création est facile. Pourtant rencontrer ces éditeurs, leur pitcher et leur vendre un jeu est loin d’être simple. Cette période de recherche peut être plus ou moins longue, et surtout concluante ou non. 

Pour pallier à ces embûches, de nombreux auteurs de jeux sont devenus leur propre éditeur. S’autoéditer, c’est justement le choix qu’a fait François Petit, le créateur de Cat’s Family. 

Cet ancien professeur, aujourd’hui auteur et éditeur de jeux à plein temps, nous a confié avoir fait ce choix pour plusieurs raisons. La première est l’envie de mener son projet de jeu prometteur à terme, malgré le manque d’intérêt des éditeurs rencontrés. La seconde est que les deux premiers jeux créés par François, Multipli Cat’s et Addi  Cat’s sont des jeux éducatifs, un secteur dans lequel il n’existait pas d’éditeur dédié en 2002. Être son propre éditeur permet également d’avoir toujours le dernier mot sur le choix des graphismes et illustrations, ou encore du choix de la communication autour du jeu, là où certains contrats d’éditeurs forcent la main des auteurs sur ce genre d’éléments. Être son propre éditeur demande en revanche quelques sacrifices. Cela requiert du temps, de l’argent et de nombreuses compétences. Comme le précise l’éditeur de Cat’s Family, il faut savoir « être auteur, être gestionnaire, être commercial. »  Mais cet investissement a porté ses fruits puisqu’aujourd’hui, François Petit est l’auteur de plus de 100 jeux, tous édités par ses soins.  

La vie d’auteur est une aventure en soi. Pour que plus de personnes puissent avoir accès à cet épanouissementLudoTech proposera d’ici quelques mois une plateforme de développement pour créer et proposer à la communauté son propre jeuque l’on soit amateur, professionnel ou débutant. Alors, l’aventure d’auteur vous tente ?  

Retrouvez l’actualité de François Petit sur son site web : http://www.catsfamily.net/

Vous pouvez également retrouver tous nos autres articles ici.

Article rédigé par Julie E. le 12/06/2020

Contact

contact@ludo.tech

191 avenue Aristide Briand
94 230 Cachan